Vie associative

Subventions aux Associations

Intervention de Claudine Thiry lors du CM de juin 2014

« J’aimerais faire une remarque préliminaire quant à l’attribution des subventions aux associations, ayant participé à la commission, j’ai été surprise, non que je doute de la difficulté de l’exercice, il y a bien longtemps que nous en sommes conscients,  mais par le fait que les critères d’attribution soient encore aussi fluctuants. Je pense que vous ne me contredirez pas M. le Maire puisque vous nous avez-vous même dit lorsque vous êtes passé dans la commission que cette attribution ne devait pas être  « le fait du prince » or, cette phrase je l’ai entendue de votre part  en 2008, lorsque vous étiez adjoint à la communication et je pensais que vous aviez avancé sur ce sujet.

Des critères ont été avancés (nombre d’adhérents, nombre d’enfants mornantais,  participation au forum des associations, emploi de personnel on n’attribue pas pour des dépenses de fonctionnement,…) mais ils ne sont pas toujours respectés et ce qui est apparu comme prédominant : c’est ce qui avait été donné les années précédentes !

La commune doit réellement se pencher sur la question, et même avant de définir des critères pour savoir quelle subvention est attribuée à telle ou telle association, définir la politique culturelle et sportive qu’elle souhaite soutenir, se poser la question aussi du vecteur de croissance économique que cela représente sur le territoire. La part du commerce local dans l’organisation des festivités pourrait aussi sembler un critère à retenir.

Mais ne sert à rien d’avoir des critères si on ne se donne pas des règles qui permettent de les quantifier, on a besoin d’établir une grille avec un barème qui laisse ainsi moins de place à la subjectivité, et pour une réelle transparence celle-ci doit être publique.

Un autre problème qui a été soulevé lors de cette commission c’est les subventions importantes attribuées aux associations pour l’achat de matériel coûteux, celui-ci devenant propriété de l’association, ne vaudrait-il pas mieux penser à un investissement par la commune qui permette d’une part une mutualisation du matériel et d’autre part et le plus important que la commune en reste maître. »

Retrouvez l’article sur ce sujet dans La Vie à Mornant