Mise en place officielle des conseillers de quartier, invitation à souscrire à l’action bénévole : contre la com’ de rentrée de la municipalité.

Quel ne fut pas ma surprise en lisant le journal du 14 septembre 2015 annonçant la mise en place officielle des conseillers de quartier. Pourtant la Côte et la Condamine – entre autres – ont déjà des conseillers municipaux, élus démocratiquement, connus dans leur quartier, actifs dans les conseils municipaux. Ces conseillers (de la minorité) n’ont ni été informés, ni invités à la présentation officielle.

Quel déni de démocratie ! Quel mépris des élus ! Quelle légèreté dans l’implication de tous pour le vivre ensemble! Quelle place dans l’accueil de l’autre !

Pourtant, si j’en crois l’article, rien n’indique une fonction politicienne dans cette action, puisque le rôle de ces élus de quartiers est de : « faire remonter de façon réactive et régulière les problèmes identifiés sur leur secteur pour une action rapide des services communaux » dixit Monsieur Pfeffer.

Monsieur le Maire et ses adjoints refusent décidément toute intégration de l’opposition même pour une fonction de simple service aux habitants. Volonté de tout gérer, main mise sur tous les rouages de l’administration communale, détermination à avoir un conseil municipal totalement soumis, refus déterminé de travailler en bonne intelligence avec une opposition qui se voulait constructive. Est-ce une velléité de pouvoir absolu qui guide notre maire ? Est-ce sa volonté d’anéantir toute opposition à Mornant ? Est-ce sa façon de montrer son ouverture d’esprit ? Est-ce une méthode pour être maire au service de tous ?

Quand sur le même journal, le même jour, un autre article nous invite à souscrire à l’action bénévole, on ne peut que s’interroger sur le développement de l’investissement citoyen. Bénévole d’association, militant syndical et citoyen depuis des décennies, je ne crois pas qu’on puisse se déterminer bénévole multicarte. Les citoyens mornantais qui sont engagés dans l’action associative savent bien que c’est un choix de vie, mais peut-être y a-t-il la place pour une nouvelle association avec des bénévoles pour organiser, pour encadrer le bénévolat.

Je suis un peu triste pour la démocratie et inquiet pour l’information citoyenne quand je vois que les élus municipaux (de la minorité) sont évincés de toute information et de toute participation aux décisions. Par ailleurs on nous expliquera qu’il faut être tolérant, ouvert au dialogue, accepter les débats, etc.

Une vraie parodie de vie démocratique.

Jean Guinand