Archives pour la catégorie Non classé

Réaction au vote du budget 2019 de la commune de Mornant

Réaction de la minorité au vote du budget 2019 de la commune de Mornant.

« Nous sommes contre ce budget :
1) Investissements :
– Nous sommes opposés à la vidéosurveillance, en raison de ses limites et de son inefficacité.
– Le projet de  salle multi-activités (appelé par certains le « Zénith mornantais ») est un projet démesuré, qui prendra trop de terres agricoles.
2) Fonctionnement :
Il faut redonner du pouvoir d’achat aux Mornantais les plus nécessiteux, au travers du quotient familial.

Extrait conseil municipal 01_04_2019

Immeubles en construction : « Halte au béton » ou « Halte à la démagogie » ?

L’équipe en place avait promis en 2008 : « Halte au béton ». Quelle démagogie ! Les Mornantais n’ont jamais vu autant de grues dans le ciel de notre village que cette année 2015. Plus de 200 logements sont en cours de construction !

Pourquoi avoir fait croire aux Mornantais que l’équipe en place pourrait limiter ces nouvelles constructions, alors qu’elle savait très bien que les règles d’urbanisme, qu’elle a elle-même mises en place, permettent cette densification ?

Le maire nous répond que ce sont les règles nationales qui imposent la construction de logements aidés. Ceci est faux, puisque les opérations sur Mornant, sont très majoritairement initiées par des opérateurs privés. Le nombre global de nouveaux logements n’est donc absolument pas en lien avec une règle nationale.

Ce qui est vrai, par contre, c’est qu’une règle nationale, déclinée dans le PLH (Programme Local de l’Habitat) de la COPAMO, impose qu’un pourcentage minimum de logements aidés soit respecté dans chaque nouvelle opération de construction. Et nous trouvons que cette règle est tout à fait souhaitable pour permettre notamment aux jeunes et aux personnes modestes de se loger sur Mornant.

En résumé, plutôt que de hurler « Halte au béton », affirmons haut et fort « Halte à la démagogie » !

Chambry-Boiron

Nous sommes opposés au projet Chambry-Boiron, tel qu’il a été initié par la précédente municipalité, et tel qu’il est poursuivi par l’actuelle majorité municipale pour les raisons suivantes :

  • L’argent public (communal et départemental) ne doit pas servir à financer en grande partie une opération privée de standing.
    La précédente municipalité avait annoncé une « opération blanche ». Aujourd’hui, nous en sommes très loin. Les contribuables mornantais payent avec leurs impôts la viabilisation du terrain, la construction de voiries, l’aménagement d’espaces verts pour le bénéfice du promoteur privé. Rien ne justifie un tel cadeau envers un promoteur immobilier, sans aucun retour pour le bien public.
  • Nous ne sommes pas en accords avec une logique de ghettoïsation des populations :
    – Les personnes âgées d’un côté,
    – Le logement social dans un coin, parce que la loi impose d’en réaliser,
    – Et ceux qui ont les moyens d’acheter un bien au centre, à l’abri derrière un « mur ».
  • Une résidence pour personnes âgées qui ne répond pas aux aspirations initiales.

L’implication initiale de nombreuses personnes (collectifs des anciens, services municipaux, élus, citoyens, etc.) a été balayée. Du projet initial qui avait pour but de permettre à des personnes âgées, de différentes  conditions de ressources, de partager des services, il ne reste plus que le nom.

 Pourtant, un autre projet était possible :

Un autre projet, innovant à tous points de vues, respectueux de l’environnement, non lourdement déficitaire pour les finances communales était possible.
Propriétaire du terrain, la mairie pouvait être le maitre d’œuvre de solutions apportant des réponses pour de jeunes ménages et des foyers modestes et pour résoudre le problème du stationnement dans ce quartier.
Comme cela existe dans de nombreuses autres villes, un véritable projet de vie éco-citoyen aurait pu émerger, permettant la mixité des fonctions et des générations, le partage entre les habitants, créant du lien au sein d’un nouveau quartier et avec le reste du village.
De plus, pour les personnes âgées, quel que soit leur situation financière, un réel accompagnement à la personne aurait pu être mis en place (vie quotidienne, soins, réseaux relationnels…) tout en leur permettant de garder leur autonomie, dans des logements adaptés, où elles auraient été chez elles.

Bail commercial pour le local municipal des Verchères

CM du 15 mars 2015

Intervention des élus AEPM concernant le local municipal des Verchères (ancienne Ribambelle puis ludothèque) :

Au Conseil Municipal de janvier, nous avons voté pour  une aide  à l’installation d’une librairie à Mornant, en louant un local à des conditions facilitatrices.

Nous avions alors posé la question du type de contrat qui lierait la commune avec les locataires. Nous avions évoqué les différentes possibilités envisageables, mais on nous a répondu avec  assurance  que les services de la préfecture avaient conseillé une convention.  Aucun échange n’était possible.

            On nous dit aujourd’hui que cela ne convient pas et qu’il faut voter pour un bail 3-6-9 .  Pour statuer en CM il serait préférable d’avoir toutes les données en même temps pour faire une analyse d’ensemble sur un projet clair, en ayant les tenants et aboutissants. Et ne pas avancer au coup par coup, car les données ne sont plus les mêmes.

Ce n’est plus le même projet :

  • Ce type de bail commercial est un contrat qui engage fortement la commune. 
  • L’usage de ce bien est aliéné pour de nombreuses années. 
  • Pour récupérer le bien, la commune  devra soit verser une indemnité d’éviction, qui peut  représenter  une somme importante.

Des frais de notaires sont évoqués mais un bail peut se conclure sans faire appel à un notaire.

Nous ne sommes pas favorables à ce bail 3-6-9 qui ne nous paraît pas le plus adapté. Éventuellement nous serions plutôt favorables à un bail commercial dérogatoire.

Mais le local de la commune pourrait être beaucoup plus facilement loué à une association ce qui n’exigerait pas d’établir un bail commercial. Nous vous rappelons la demande d’Emmaüs pour un local qui est bien antérieure à celle de la librairie.